On a tous des idées mais certains ont des barrières. Abattez-les!

«J’aimerais écrire des histoires mais…»
«… je n’ai pas d’idées»
«… je n’ai pas le talent»
«… je n’ai pas d’imagination»

une bougie vient d'être souflée

ImageParty / Pixabay

Lorsque j’ai décidé de créer le site de l’Écrivain Alchimiste, j’ai rompu le secret. J’ai annoncé autour de moi que j’étais écrivain et que je voulais aider les jeunes auteurs à réaliser leur rêves. Je l’annonçais partout: dans ma famille, mes amis, au travail, en soirée. Je pensais qu’on allait me regarder comme une folle mais la soudaine lueur dans les yeux de mes interlocuteurs m’a surprise. «J’aimerais écrire des histoires mais…» La lumière s’éteignait aussitôt. Leur réponse m’a fait mal, mal pour eux, pour moi et pour l’humanité. C’est à ce moment que la simple envie de créer un site orienté vers Muse est devenu un devoir. Car…

Tout le monde peut être écrivain.

Je vous le jure et si vous en doutez, nous allons réfléchir ensemble à la manière de libérer vos idées. Par centaines, par milliers! Vous verrez, avec le temps, plus vous vous lâchez, plus vous aurez des idées!

un bonhomme rigolo a la tête ouverte avec une lampe qui s'allume au dessus. il a eu une idée

jambulboy / Pixabay

Le principe alchimique

La créativité n’est pas une chose innée, tombée du ciel, que certains ont et que d’autres n’auront jamais. Ce que certains ont, c’est un simple lâcher prise. Un peu comme s’ils étaient capables de lâcher la bride sur le cou de Muse. C’est un peu un cheval notre créativité, ou plutôt un fauve indomptable, dangereux pour la société. Alors nous prenons dès l’enfance l’habitude de brider notre créativité. Car c’est ainsi qu’on devient adulte… Il paraît.

L’autre problème c’est qu’on s’en met des barrières. On se dévalorise. Pourquoi? Car on n’a peur d’échouer alors on n’essaie pas. C’est valable pour un nouveau travail, le piano, la cuisine… mais aussi avec ces petites fées minuscules et éthérées que sont les idées. On les tue dans l’œuf avant même qu’elles aient pu germer et voir la lumière.

Nous devons faire tomber les barrières et libérer le fauve qui est en nous.

un tigre passe devant un mur écroulé et les barreaux d'une cage

PIRO4D / Pixabay

La recette alchimique

Au final, la créativité, c’est très simple. Il faut:

  1. Ne rien s’interdire
  2. Nourrir Muse
  3. Croiser les faisceaux

Vous allez comprendre ^-^

Dans l’article d’aujourd’hui, nous allons voir comment nous pouvons cesser de nous interdire d’avoir des idées. La semaine prochaine, nous verrons comment nourrir Muse et créer des histoires originales.

Étape 1: Prenez conscience de la mort programmée de Muse

Je ne vous ferai pas un long discours, mais voici ce que je pense de la façon dont notre société traite notre créativité. Sans paroles et en musique:

Cette vidéo m’a tirée une larme. La terre serait plus belle si on nous autorisait à être créatifs. Mais les serpents qui mènent le monde n’ont pas d’émotions, ils ne peuvent rien créer de beau. C’est pour cela que la créativité sera toujours l’ennemi public numéro un des institutions. Alors…

Révoltez-vous contre votre éducation: soyez créatifs!

Étape 2: Retrouvez votre confiance en vous

Pour cela il faut écrire des lettres. Je ne m’attarderai pas sur le sujet, je l’ai traité en long et en large dans mon précédent article. Si vous sentez un manque de confiance en vous, que vous avez cette mauvaise habitude d’abandonner car vous pensez que ce que vous faites est mauvais, lisez ça:

Je vous propose ici un petit exercice plus ciblé:

Écrivez une lettre à vous-même lorsque vous étiez enfant. Rappelez-vous l’enfant qui était en vous. Quelles étaient ses rêves, ses espoirs? Qu’attend-t-il de vous aujourd’hui? Qu’avez-vous à lui dire?

Vous pouvez aussi prendre la plume pour écrire une lettre à un magazine, une émission, une personnalité que vous adoriez enfant.

Bref, retrouvez l’enfant qui était en vous. Parlez-lui et faites-le parler. Car cet enfant enfoui, en vérité, c’est Muse.

Étape 3: Autorisez-vous à avoir des idées

Cela se fait en deux étapes.

La première est douce et sur le long terme: ce sont les «pages du matin».

L’idée est d’écrire tous les matins deux pages sur un cahier. Au saut du lit, sans se relire et sans aucune censure. On peut parler de tout. Les problèmes du quotidien, les blessures profondes, mais aussi les idées d’histoires finiront par s’inviter dans ces pages. J’en parle plus longuement dans cet article:

La seconde est une thérapie de choc: faites ces choses qui vous font peur.

Une fois par mois. Autorisez-vous une incartade au quotidien. Qu’est-ce que vous vous interdisez depuis longtemps?

Un saut en parachute? Postuler à un job totalement dingue qui n’a rien à voir avec votre formation? Faire un gâteau à trois étages? Gratouiller une guitare?

N’importe-quoi! Tentez des choses un peu folles! L’important est de tenter, pas de réussir (sauf le saut en parachute, mieux vaut ne pas le rater. Mais cela devrait bien se passer… J’espère; je vais bientôt en faire un! ^-^)

un homme saute en parachute et celui ci n'est pas encore ouvert

skeeze / Pixabay

Bref, prenez conscience qu’il n’existe pas de barrières hormis celles que l’on veut bien se créer. On peut remplacer le conditionnel «j’aimerais…» par  «j’ai peur de…». Tordez le cou à vos peurs!

Étape 4: Laissez couler les idées

Et maintenant, quand vous avez une idée, autorisez-vous à la laisser couler. Ne commencez pas à vous dire d’emblée qu’elle est mauvaise. Jetez tout sur le papier! C’est le principe du brainstorming. On lâche tout sans filtre et on réfléchira plus tard. Il sera toujours temps de trier, de fusionner les idées et de les développer pour qu’un: «et si…» un peu bancal ou déjà vu, deviennent une histoire originale et porteuse de sens. Car, après, vous bosserez pour l’améliorer et pour en faire un roman, mais cela est une autre histoire!

À vos plumes!

un stylo plume sur une feuille couverte d'écriture

422737 / Pixabay

Je ne vais pas revenir sur le détail des exercices à faire. Écrivez les lettres à l’enfant qui est en vous. Puis ouvrez vous l’esprit et le cœur. Une fois par mois, une petite incartade.  Et puis tiens, je vais vous poser un défi: allez à la piscine et sautez du grand plongeoir, celui qui fait peur. Ou alors, allez à une fête foraine et faites un truc fun, dingue, un truc qui change… Faites-vous plaisir et faites-vous peur.

Toutes ces techniques ont marché pour moi. Ce n’est pas que je n’avais pas d’idées, mais aujourd’hui, si je m’écoutais, j’aurais plus d’une idée d’histoire par jour. J’ai déjà trop d’idées et je sais que je mourrais avant de les avoir écrites toutes. Cela va vous sembler étrange, mais en vérité, c’est rassurant.

Dans l’article suivant, nous verrons comment nourrir Muse et augmenter notre réservoir d’idées tant en quantité qu’en qualité:

En attendant, écrivez-moi ici si vous voulez des conseils plus personnalisés ou que je traite une question précise dans un article. Et pour en savoir plus sur la plume et le retravail d’une histoire, n’hésitez pas à télécharger mon livre: «Comment polir son roman pour en faire un diamant».

couverture comment polir son roman pour en faire un diamant

Bonne chance à vous dans vos projets! ^-^

PartagerShare on Facebook0Tweet about this on Twitter4Pin on Pinterest0Share on Google+0Share on LinkedIn0Email this to someone
Posted in conseils d'écriture, Muse
Tags: , ,
2 commentaires sur “On a tous des idées mais certains ont des barrières. Abattez-les!
  1. Killbeal dit :

    J’adore cette idée de remplacer « j’aimerais » par « j’ai peur » parce qu’au final c’est vraiment ça. On a tous une richesse en nous et on a tous peur de s’affirmer, de peur d’apparaître comme égoïste ou individualiste. Mais non, je prends plaisir à écrire et je m’épanouis énormément. Du coup, les autres le ressentent. J’avais peur de me lancer, de faire face à des réflexions stupides (et c’est le cas), et finalement aujourd’hui j’assume et mon entourage apprécie ma bonne humeur constante (plus que mes déprimes constantes… lol). Alors oui, je suis écrivain ! Merci Ghaan <3

    • C’est vrai que j’ai mis très longtemps à avouer autour de moi que j’écrivais. C’est peut-être la première étape pour se réconcilier avec l’écriture: L’assumer. Tu as raison.
      Je suis contente si tu t’épanouis dans l’écriture. Tu as l’air plus douée que moi pour faire la part des choses avec les réflexions stupides qui m’ont très longtemps bloquée. Profite bien ^-^
      et encore merci merci de tes réflexions constructives et motivantes!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Je m’appelle Ghaan

Ghaan

l'Écrivain Alchimiste qui vous aide à transformer vos histoires en or. À force de travail, j'ai compris que l'écriture est un Art Alchimique, un savant mélange de créativité, de méthodes et de confiance en soi. J'ai réuni mes conseils les plus efficaces dans un livret gratuit:«Comment polir son roman pour en faire un diamant».
livret conseils d'écriture et méthode pour écrire un roman
Cliquez ici pour en savoir plus ;)

%d blogueurs aiment cette page :